recherche romantique

La communicationnelle galactique > Page personnelle de > Fred Mir (alias fredofromstart)

{~English summary below~}

N’allez pas croire ! Je suis plutôt, et parfois même ~parfaitement~ heureux de ma condition actuelle. Mais ce serait tout bonnement criminel que de ne pas afficher la quête que voici.

Car je connais la possible signification d’être Deux (ou plus) et réellement ~ensemble~.

Voilà simplement pourquoi.

*

Homme, 45 ans (né en 1969), quasi~végétalien (consomme toutefois du miel), présentement célibataire, cherche, parmi la gent féminine, au moins une (1) perle rare compatible avec la présente description.

(Notez bien que je ne suis pas fermé au couple exclusif sexuellement, mais juste ouvert à d’autres configurations si elles sont faites sans cachotteries, entre personnes toutes consentantes et … toutes amies entre elles. Un match parfait serait bien sûr l’idéal et … ~small is beautiful~ : je préfère en fait, depuis le fin fond de moi, le scénario où je trouve LA personne ! … Eh oui !)

*

Description en étincelles :

Cogitateur de l’ère communicationnelle, entêté et sensible, rêveur et pragmatique, spirituel et sceptique à la foi(s).

(Excusez-moi, je ne peux pas m’empêcher certains jeux de mots. — J’utilise toutefois à mon compte le mot de foi : je l’assimile à une sorte de feu intérieur, du type qui fait monter les montgolfières et leur fait franchir les obstacles…)

J’aime la convivialité, la participation spontanée, réfléchir ensemble, les bonnes histoires ; la clarté, la poésie vivante, la communication en général, avoir une main dans ma main ; le bruit du vent dans les arbres, les effluves de la forêt, la richesse et la beauté incroyables de la nature, les sous-bois, les cascades, l’harmonie, les fleurs et les abeilles, les ruisseaux ; penser, ne plus penser ; rire encore, le calme immense ; marcher, respirer, réinventer le monde, inventer tout court ; lire, écrire, explorer les idées, dessiner, peindre, contempler.

Je préfère les questions aux réponses, les mystères aux révélations et les jams aux spectacles.

J’adore veiller au feu sous les étoiles en bonne compagnie. J’aspire à un véritable ~être ensemble~, à une alchimie, un sens, un esprit partagé — à la chaleur enveloppante et enivrante des amours pleines de découvertes, d’invention et de remous d’étincelles multicolores.😉

*

Récemment, ma soif de communauté s’est calmée. Je la souhaite toujours, mais tranquillement, tranquillement… Et sans doute plus solidement ainsi. Je commencerais déjà par une communauté de deux — non : par une communauté de un.

C’est là où j’en suis présentement.

*

Je suis à la fois plutôt casanier et un grand voyageur… intérieur. Un écrivain, un aspirant romancier… Je cultive des pensées qui fleurissent dans un jardin en vérité bien agréable à polliniser, un cahier à la main, l’autre main butinant les idées et les ramenant à la ruche de la page où un certain ordre se doit de régner — oulah !

*

Mais… c’est un peu solitaire, parfois.

*

J’aimerais partager avec une douce alliée de ces pensées nécessaires et créatives que nous tisserions et dénouerions.

*

J’ai trouvé un filon, récemment. Une rencontre avec une… lumière intérieure … finalement ineffable. J’avais fermé les volets de la chambre intime de mon cœur pour la mieux capter et découvrir.

*

Et j’ai, l’embrassant, connu l’unité, un sentiment, une sensation … de plénitude, de totalité ; ce n’était pas ~plein à craquer~, non, rien de tendu : mais simplement, complexement … « parfaitement », ~UN~, doucement, puissamment…

*

Comment l’ai-je découverte ? Une rencontre de hasard m’avait mis sur la piste de la « lumière du cœur ». J’ai fermé les yeux et tout de suite, je l’ai vue : blanche candeur, innocente science.

Je dis que je l’ai vue, mais il est aussi juste de dire que je l’ai sentie qui vibrait en moi comme un reflet scintillant sur l’eau, comme une caresse immanente, comme un timide mais clair chant d’amour joyeux que l’on retrouve après très, très, très longtemps.

Et ça, c’était ~avant~ que je ferme les volets et l’embrasse. ^^

*
* *
*

Mon histoire ressemble beaucoup à celui de ce cas fictif :

« Antoinette souffrait beaucoup de l’état du monde. Toute jeune, elle rêvait souvent de guerres nucléaires et de désastres. À l’école, elle était choquée de la frivolité et de l’apparente nonchalance de la plupart de ses condisciples. Dans la rue, les publicités invitant à consommer toujours plus et à vivre une vie de plaisirs continuels et superficiels la révulsaient. Les inanités de la télévision et de certains postes de radio lui faisaient branler la tête de dépit. Elle n’en revenait tout simplement pas. Les religions, avec leur caractère doucereux ou cinglant mais toujours hypocrite et dogmatique, ne la séduisaient pas davantage. Elle fréquenta pendant un temps des groupes militants, mais, les trouvant trop peu constructifs, elle les quitta un à un.

Antoinette avait peu d’amis, qu’elle voyait d’ailleurs rarement, et se réfugiait dans les rêves et dans la lecture de romans, entre autres : de science-fiction. Elle tenait aussi un journal éclectique qu’elle illustrait.

Après ses études en informatique, elle avait commencé à travailler pour une petite entreprise de traitement d’images. Puis, vint un contrat qu’elle désapprouvait et pour lequel on lui demandait de signer une promesse de confidentialité. Dégoûtée, elle quitta son emploi et se mit à la recherche d’un autre poste. Elle travailla à contrat pour différentes entreprises, mais ne voyait pas l’utilité de ce qu’on lui demandait de faire. Il lui semblait que partout l’apparence, l’image, la recherche du profit et du spectacle prévalaient.

Elle entra en dépression. Incapable de travailler davantage, elle tomba bientôt sur l’assistance sociale. Elle ne voulait rien savoir des programmes de réinsertion. Elle lisait toujours beaucoup, mais elle « s’enlisait » à force de lire.

Elle finit par faire un examen de conscience et découvrit qu’une bonne part de sa souffrance venait de ce qu’elle choisissait systématiquement de ne voir du monde que le côté sombre — pour mieux se réfugier ensuite dans un monde lumineux de rêves et d’idéaux. Elle n’était donc qu’une rêveuse, une bonne à rien !

Quelqu’un la voyait ainsi, elle savait pas trop qui. Elle ~était~ ainsi, peut-être.

Mais alors, une révolte se mit à gronder en elle. Car sa « faiblesse », tout au fond d’elle, se savait être une force.

Antoinette se dit que la capacité de rêver n’était pas donnée à tout le monde, tandis qu’elle … y excellait. Elle pouvait incarner dans ce monde un apport bénéfique — un souffle, une inspiration, à tout le moins !

Mais ce monde cruel, avide, futile jusqu’à l’implacabilité, laissait-il la moindre chance aux rêveurs, se demanda-t-elle ?

Réalisant l’existence du levier que sa vision des choses rendait possible, elle renversa la question et se demanda plutôt si ~elle~ allait donner au monde la chance de continuer ainsi ! Elle se vit alors comme l’héroïne d’un roman de science-fiction, aux prises avec un monde X, un monde parmi d’autres mondes possibles. Une héroïne auteure de sa vie.

Qu’allait-elle y faire ? Comment allait-elle changer la situation ?

Sans obstacles, sans adversité, les romans ne seraient pas intéressants. Pas des romans, en tout cas. Aussi, la situation catastrophique du monde lui servirait-elle de défi et de stimulation !

Étant donné son talent de rêveuse — qui lui paraissait immense —, il n’y avait pas à tergiverser plus longtemps. Ses rêves, ses visions, ~devaient vivre~ … — et transformer le monde !

Alors, après toutes ces années de vain travail, de frustration et de perte de sens, enfin, elle choisit son mode de participation dans le monde, sa réponse à la vie.

Et elle se mit à l’Œuvre. »

*

Pour moi, c’est presque pareil : un jour une vision m’est apparue de comment la communication pourrait révolutionner l’organisation sociale et j’ai résolu de l’écrire, de la donner à voir et à sentir. C’est une tâche à laquelle je me suis donné à un rythme lent et soutenu, avec de nombreux ratés dont je me suis toujours repris.

J’ai essayé plusieurs avenues : socio-informatique, expériences de communautés, un projet de bande-dessinée — qui n’est pas abandonné —, du travail sur le terrain, …écrire un roman, tâter de l’algorithme sauvage, même. Bref, je suis allé dans pas mal de directions et ai essayé pas mal de choses mais toujours c’était la même vision.

J’ai décidé de me concentrer pour un bon moment sur l’écriture et la publication. Il semble que j’ai des choses à dire et le verbe à l’avenant. Autant y aller à fond !

*

J’ai déjà eu des histoires avec des femmes, mais, à part de bonnes amitiés, là, ces temps-ci…

En un mot comme en cent, ma vie gagnerait en ce moment, à être agrémentée de partage et d’histoires — non, encore mieux : de dialogues ! Mmmm… des dialogues ! … eux-mêmes ponctués de danses et de baisers là où prescrits par de fortes et opportunes titillations magnétiques. ^^

Et puis, je suis sûr qu’on peut finir par écrire (et même ~vivre~) une histoire — que dis-je ? : plusieurs ! — à force de dialogues ?

Mais oui ! … Mais bien sûr !🙂

*

Ça vous paraît un rêve, dites-vous ? Mais… ne saviez-vous donc pas que les rêves ~existent~ eux aussi ?

*

Je suis intéressé à avoir des dialogues intéressants avec n’importe qui, en fait. Prenez seulement note qu’il est possible qu’un jour je vienne au rendez-vous avec ma bien-aimée.😉

*

J’ai fait un grand détour qui m’a éloigné de grandes amours : l’écriture, le dessin et la peinture.

La programmation, je kiffe un peu, parfois. — J’aime bien, à l’occasion, y mettre au défi mon mental en manque de problèmes intéressants, de casse-têtes.

…mais lancer et m’occuper de tout un site, tout bourdonnant d’activité ? Ça, j’ai réalisé que non, je ne peux pas. Je ne suis ni très entrepreneur ni très administrateur. Je me tape une dépression à chaque fois que je me lance dans cette voie. Alors finito.

*

J’aurai tout de même accouché d’un démonstrateur fonctionnel de « machine à souhaits », tout rapidement et paresseusement programmé qu’il soit.

https://github.com/fredofromstart/The_Mots_Sapiens_Project

Pour qu’il apparie intelligemment les souhaits qui se répondent, il faudrait juste lui donner des souhaits en masse.

Mais même s’assurer de ça, c’est trop …administratif… pour moi. ^^

C’est une lacune, évidemment. Mais la mise en place de multiples machines à souhaits reliées en réseaux, c’est loin d’être impossible.

— Ou juste assez impossible ? (Notre époque est sûrement faite pour les amateurs de défis !)

Enfin, c’est pas moi qui va tenir le cahier des charges. Il faut toujours que je travaille à une nouvelle invention, une nouvelle inspiration…

La fenêtre est encore ouverte, le portail vers l’ère communicationnelle.

*

Mes notes s’empilent, tellement je suis peu administrateur.

Il faudra retrouver les morceaux, les recoller… Tailler, ciseler sur mesure ceux qui manquent.

Mais au moins, j’ai résolu de dorénavant me concentrer sur l’écriture. Et la peinture, en cas d’illumination. (Pour l’informatique, on verra.)

*

Il y a, bien sûr, de la place pour l’amour. ~TOUTE~ la place pour l’amour.

:

:

*
*

:

:

J’ai certainement de quoi publier un recueil. Au moins un. Il faut aller repiquer, reconstituer, développer, regrouper en mosaïques, amender…

J’ai accumulé quelques boîtes de notes à revisiter en vue de publication. Ici, le dialogue peut aider, m’aider à trouver cela intéressant de soulever une vieille idée mille fois ressassée comme si c’était la première fois … pour en parler à quelqu’un pour qui cette idée est toute nouvelle, peut-être, ou alors immensément vieille mais toutefois comme neuve, ~présente~, ~vibrante~, PARCE que nous en parlons tous les deux (et puis, tant qu’à l’avoir soulevée, cette idée, peut-être l’agrafer à un fil, la déposer dans une boîte, en discuter, en rigoler, la rénover un brin, la tramer dans la Tramice, peut-être même ^^). Hum. C’est beaucoup souhaiter, je sais, mais j’affiche mes couleurs !

(Il paraît que qui on cherche nous cherche avec autant d’intensité ; j’y mets donc le tout pour le tout.)

*

Pour un échantillon de mes écrits, voir ici :

https://www.facebook.com/fredofromstart/notes

Et quelques-unes de mes œuvres visuelles :

https://www.facebook.com/fredofromstart/media_set?set=a.4793975637.12832.658850637&type=3

*

Je me suis amusé à déguiser le présent document en page personnelle de la Communicationnelle galactique. C’est un système qui n’est probablement pas seulement imaginaire au moment même où on se parle, de par le grand univers. Nous en sommes drôlement proche sur la Terre, en tout cas. Enfin, à quelques catastrophes systémiques près…

*

Hum…

*

Une piste pour un roman : écrire les premiers pas dans un tel système que fait une personne plutôt solitaire. Une personne un peu timide, mais qui a découvert ce qu’elle veut dans la vie (produire des bandes~dessinées d’un style unique) et qui s’est, pour mieux s’y consacrer, quelque peu isolée. Elle voudrait « complémenter » significativement sa vie en connaissant l’union véritable — dans la chair et dans la relation, dans qui sait combien de dimensions — et c’est pourquoi la Communicationnelle lui semble un outil intéressant. Elle découvre incidemment un monde en transformation, un monde solidaire, attentionné, si divers, si coloré et si universel en même temps ! …

Je veux écrire un truc avec une âme et qui relie tous les points, mais un peu comme une chasse au trésor. Et qui inspirera, je l’espère, de plus entreprenants que moi à porter l’idée à sa complète fruition (ce n’est pas français, je sais, mais qu’importe, j’importe le mot) — et, éventuellement, maint être communicant à mettre sa page personnelle sur la Communicationnelle galactique … (ou, à défaut, sur un portail émergent, prêt à l’arrimage !).

*

Est-ce qu’il y aurait — je me permets ici une digression assez d’à-propos, puisqu’il est question, qu’on le veuille ou non, de plan de vie — est-ce qu’il y aurait, par hasard, des maisons d’édition de votre connaissance qui seraient prêtes à signer un contrat avec moi ? Ça m’aiderait à me trouver un petit studio dans un endroit inspirant. Ils sont de plus en plus hors de prix, là où je cherche.

Je vise le Plateau Mont-Royal. Ses parcs m’inspirent, ses grands arbres, la grande bibliothèque tout près, bien sûr ; certains commerces… Que le studio soit tout petit, ça ne me dérangerait pas, tant qu’il y aurait la paix, des arbres et du soleil. Beaucoup de soleil.

Présentement, j’habite chez mes parents, mais je voudrais vivre seul. Et en ville.

J’ai besoin d’un endroit à moi, de mon bureau-atelier-nacelle-de-rêve.

Des endroits et des gens intéressants autour, c’est important aussi. Surtout pour quelqu’un comme moi qui a tendance à abuser de la solitude.

Si vous avez des contrats intéressants d’illustration, ça aussi pourrait me tenter.

Une liste plus détaillée de mes souhaits (dans le cadre du projet Mots Sapiens) se trouve ici :

http://motsapiensproject.wikia.com/wiki/Volio_-_Fred_Mir_//_fredofromstart_//_Frédéric_Lemire

*

Je garde donc un œil ouvert au cas où se présenterait — et m’aimerait — une (1) ~femme~ — ou plus, mais idéalement une seule😉 — attentive, sensible, rationnelle, méditative, affectueuse, sérieuse, quasi-mystiquement rêveuse et pourtant animale, compatissante, chaleureuse (mais peut-être timide), vraie, au cœur chaud, présente, amoureuse, multicolore, vibrante, imaginative, créative/intuitive, communicative, qui me comprend et que je comprends (néanmoins souvent en silence).

Aimer les livres et ne pas aimer la télévision est un grand atout !

*

Toi, quels sont tes projets ?

*

J’ai trop de projets actuellement pour penser avoir des enfants. Peut-être un jour… Quand j’aurai beaucoup accompli… ou que la fin du monde sera chose du passé.

*

Je crois qu’il faut beaucoup d’adultes pour s’occuper d’un seul enfant.

*

Quand je lis ou entends certaines nouvelles, cependant, je me dis que la vasectomie est une option parfaitement valable.

*

J’ai la plupart du temps besoin d’une ambiance relativement calme pour travailler. Même si j’étais « en couple »™, que ma partenaire ait la garde d’enfant(s) ou non — moi je n’en ai pas — j’aimerais que nous vivions dans des appartements différents ou au moins des chambres différentes. Nous nous rendrions des visites.

*

Si tu vibres et si tu corresponds … STP, écris-moi ! (fredofromstart@gmail.com)

Pour les autres (qui vibrez assez pour ça), sentez-vous bien libres de faire suivre, si vous avez des amies qui ont des chances d’être intéressantes et intéressées.

Du bien !

Frédo

*

~ English summary ~

I like to invent and illustrate stories, and I like to write too. I would really like to share and weave at those rich levels with someone — ideally, a female lover, counselor and interlocutor. To ~share~ fond silence too, of course. (I ~know~ I’m asking for the Moon.)

Where are you, my life sharer, my share of heaven, my reason to not just walk and be occasionally quite bright but also to dance and to shine in the panoply of things that come with sharing one’s life with another ; where are you my partner in crime ? (Oh, no big crime : only the one of being the cutest bunch, the two of us together.-)

* * *

Pour finir, une petite liste de coups de cœur :

J’aime lire des romans, surtout ceux qui sont philosohiques, psychologiques et sociologiques à la fois. Hermann Hesse (The Glass Bead Game, Demian, Steppenwolf), Simone de Beauvoir (Les mandarins, Les belles images), Iris Murdoch (The Sea, the Sea, The Message to the Planet, A Word Child), Anne Tyler (Searching for Caleb, Celestial Navigation), George Sand (Le meunier d’Angibault), Robert Merle (L’île, Malevil), François Mauriac, Nikos Kazantzaki, Dostoïevski (L’idiot, Crime et châtiment), Clifford Simak, John Steinbeck, Kazuo Ishiguro (The Remains of the Day, Never Let Me Go), Milan Kundera (L’identité), Stefan Zweig, Françoise Sagan, Patricia Highsmith (Le cri du Hibou), Fredric Brown (Night of the Jabberwock) ; Pour la non-fiction : Douglas Hofstadter, Nietzsche, Novalis, Jiddu Krishnamurti, Lao Zi, Alan Watts, Eckhart Tolle.

Films : Dead Poet Society, Shadowlands, The Adventures of Baron Munchausen, Total Recall, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, The Hours, Donnie Darko, les comédies d’Éric Rohmer, Beaumarchais l’insolent, My Life Without Me, Hamlet (by Kenneth Branagh), The Iron Giant ♡, Cyrano de Bergerac.

Séries : Caliméro ❤, Vicky, Heidi, Dans une galaxie près de chez vous, Curb Your Enthusiasm.

Musique : romanesque, poétique, voire épique. Ou carrément psychédélique. Moustaki, Brigitte Fontaine, Enya, Marie-Jo Thério, Françoise Hardy. La musique planante aussi, ou sans parole. Qui parle au cœur… et plus ! Peter Buffet, Greg Baumont, Air, Dead Can Dance, Tangerine Dream (Phædra), Santana (Abraxas), Ray Lynch, Ennio Morricone. J’aimerais étendre mon répertoire…

Alimentation miello-végane. J’aime tout sauf les poivrons, peu importe la couleur.😛

(Cet article est issu de mon profil sur OkCupid qui, bien que moins complet, est probablement plus à jour.)

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :